Activités

papier plié gif

Thème Réseau – Papier plié

Domaines de la formation

Pour les domaines de la formation, l’année 2021, comme la précédente, a été placée sous le signe de la pandémie de Covid-19. L’accalmie de la situation espérée en 2020 n’a pas eu lieu ; par conséquent, il a fallu à nouveau recourir à diverses mesures sévères. En outre, parallèlement, certains cours pratiques de la Formation de base de l’année passée ont dû être rattrapés. Ce n’est que grâce à la flexibilité de l’ensemble des personnes impliquées qu’il a été possible de réussir l’exercice d’équilibriste qui consis­tait à gérer à la fois l’obligation de tests, l’obligation de masques, la séparation des classes, les cours en ligne et maintes autres exigences. Des ressources supplémentaires ont été nécessaires pour planifier et mettre en œuvre l’organisation des cours des deux domaines de la formation et des examens.

Afin de satisfaire à nos standards de qualité élevés, en septembre, les domaines de la formation ont passé et réussi l’audit de maintien EduQua ; l’accent était cette fois placé sur la Formation dans l’exé­cution des peines (Fep). En 2022, c’est le contrôle de la Formation de base qui est prévu.

Formation de base

La situation provoquée par le coronavirus ayant perduré, la Formation de base a dû faire face à certains défis en 2021. 
D’une part, parallèlement aux formations en cours de la volée 2020-2022, des séances de rattrapage des parties pratiques ont eu lieu en présentiel pour les 162 participant·e·s de la volée 2019-2021. D’autre part, et pour toutes les volées confondues, la Formation de base a dû passer aux cours en ligne à certains moments de l’année. Malgré ces conditions difficiles, 158 personnes ont obtenu leur attestation de formation en été 2021.
À partir d’août, 184 nouvelles participantes et nouveaux participants (110 germanophones, 67 francophones et 7 italophones) ont entamé leur formation de base

Cahier des charges de «Coach de la pratique»

En 2021, en réponse à un besoin des milieux de la pratique, un groupe de travail a vu le jour, dont l’objectif est d’élaborer un projet de cahier des charges suisse de « coach de la pratique ». Le groupe de travail, composé de tel·le·s coaches, a été et continue d’être épaulé par la Formation de base et la Formation de cadres dans la réalisation de cette tâche.

Formation de cadres

En 2021, les activités du département Formation de cadres ont continué à être fortement affectées par la pandémie. 
Pour la première fois, la rentrée s’est faite en ligne pour les deux nouveaux cycles de formation. Contenus des cours et méthodes ont été adaptés pour que ces semaines de formation en virtuel soient aussi variées que possible du point de vue méthodologique et didactique. Divers·e·s chargé·e·s de cours ont enseigné à distance pour la première fois, bénéficiant d’un soutien et d’un accompagnement à cet effet. En dépit des conditions difficiles, ces semaines ont été un grand succès grâce à la motivation des participant·e·s et à l’immense engagement des chargé·e·s de cours. Pour autant, l’ensemble des personnes concernées ont été heureuses que la formation puisse enfin reprendre en présentiel à partir de mai 2021

Participants à la formation de cadres

Formation de cadres. Photo : CSCSP

Journée de préparation à l’examen

En raison de la situation sanitaire, le premier examen professionnel fédéral supérieur (menant au di­plôme d’expert·e en management du domaine des privations de liberté) a dû être repoussé d’un se­mestre. Afin de donner aux candidat·e·s intéressé·e·s l’occasion de rafraîchir les connaissances et com­pétences acquises durant leur cursus, la Formation de cadres a organisé une journée de préparation à l’examen à la fin du mois d’août. Cette session de révision a rencontré un vif succès, et d’après les re­tours formulés à son sujet, l’organisation d’une journée supplémentaire de ce type, peu avant l’exa­men, serait également souhaitable à l’avenir.

Participation à des publications internationales concernant les formations de cadres

Le Réseau européen des centres de formation des personnels pénitentiaires (EPTA) a réalisé des publi­cations sur les formations de cadres du domaine pénitentiaire. Le CSCSP a collaboré à l’élaboration de standards minimaux, de bonnes pratiques et d’un manuel. Un atelier a été organisé sur ce thème à l’in­tention des organisations partenaires.

Lire la suite

Publication EPTA: EPTA - European Penitentiary Training Academies Network - Leadership and Management Training Manual (SIG1, 2021)

Cursus de formation 2021-2022

Formation continue

Sur la suggestion d’une personne de Suisse romande, le CSCSP, en 2021, a proposé pour la première fois un cours de formation continue exclusivement destiné aux agentes de détention femmes. En rai­son du coronavirus, le cours des francophones s’est tenu en ligne, tandis que le cours en allemand a pu être dispensé à titre d’offre régionale dans l’établissement pénitentiaire de Saxerriet. Cette formation était centrée sur les partages d’expérience des agentes de détention quant à cet environnement de travail essentiellement masculin.

Le cours de formation continue sur la prise en charge des personnes LGBTIQ+ en privation de liberté a eu lieu pour la première fois pour la Suisse romande. Ce cours d’une journée permet de mieux com­prendre ce groupe de personnes vulnérables en détention et apporte des réponses à des questions concrètes se posant dans la pratique professionnelle des participant·e·s.

À la suite de la publication du manuel « Sécurité dynamique », en 2020, le CSCSP a élaboré le pro­gramme d’apprentissage en ligne (e-learning) s’y rapportant. En 2021, le plan destiné au cours en pré­sentiel a été rédigé avec des chargé·e·s de cours, également praticien·ne·s du domaine pénitentiaire, et un premier cours pilote a été mené. Ce cours est prévu à titre de formation régionalisée.

Offres de cours de la formation continue 2021

Secrétariat « Examens »

L’année d’examen 2021 a exigé de la part de toutes les personnes concernées de faire preuve de flexi­bilité ; pour autant, les deux examens fédéraux ont dû être repoussés en raison du coronavirus. L’exa­men professionnel supérieur a finalement pu avoir lieu en septembre, avec masque obligatoire, et l’examen professionnel, en octobre et novembre, avec certificat obligatoire.

Examen professionnel supérieur mené selon le nouveau règlement

Dans le cadre du premier examen professionnel supérieur à être conduit selon le nouveau règlement d’examen, les épreuves au programme étaient un travail dirigé sur un cas pratique (à l’écrit) ainsi que la présentation et la discussion d’une étude de cas (à l’oral). Dix expert·e·s d’examen ont évalué les per­formances des candidat·e·s.

Examen professionnel 

Au cours des deux épreuves écrites, les candidat·e·s à l’examen professionnel ont traité neuf cas pra­tiques tirés de l’activité professionnelle et une épreuve écrite sur une étude de cas (travail dirigé) con­cernant les principaux processus. Dans le cadre de l’épreuve orale/pratique, ils et elles se sont livré·e·s à des jeux de rôle, à des simulations opérationnelles (simulations d’intervention) et à des analyses vi­déo. Ils et elles ont été évalué·e∙s par 44 expert·e·s d’examen.

Obtention d’un diplôme fédéral pour 186 personnes

Vingt-cinq candidat·e·s ont réussi l’examen professionnel supérieur, et 161, l’examen professionnel, ayant prouvé qu’ils et elles disposaient des connaissances, aptitudes et capacités professionnelles et maîtrisaient les attitudes et compétences sociales nécessaires à l’exercice de leur profession. Ils et elles ont obtenu respectivement le diplôme fédéral d’« experte/expert en management dans le do­maine des privations de liberté » et le brevet fédéral d’« agente/agent de détention ».

Instances de l’efsp

Le Comité et l’Assemblée des délégué·e·s ont fixé le cadre et, ainsi, jeté les bases nécessaires pour assurer le bon déroulement de l’année d’examen et continuer de développer en continu le domaine des examens.

Les commissions responsables des examens se sont chacune réunies trois fois, ont soutenu les ex­pert·e·s d’examen et ont assumé la tâche de surveiller le déroulement des examens. 

Formation dans l’exécution des peines (Fep)

À la fin de l’année 2021, il existait 886 places de formation. En mars, deux établissements ont introduit les cours Fep en même temps : le centre carcéral de Bässlergut, dans le canton de Bâle Ville, et celui de Pfäffikon (ZH), où, pour la première fois, des personnes placées en détention provisoire ont bénéficié de la formation Fep. Deux groupes de formation ont vu le jour dans chacune de ces institutions. 
En avril, encore un autre établissement (centre d’exécution de mesures d’Uitikon) a ouvert un groupe de formation Fep.

Enseignant·e·s

En 2021, 49 enseignant·e·s ont travaillé pour la Fep. Le total exprimé en pourcentages de poste a aug­menté pour atteindre 3180 % à la fin de l’année (159 groupes de formation), l’éventail des taux d’occu­pation allant de 20 à 100 %. Certain·e·s enseignant·e·s sont intervenu·e·s dans deux établissements. Les enseignant·e·s dont le taux d’occupation était faible se sont tenu·e·s à disposition pour remplacer leurs collègues en cas de longue absence (p. ex., maladie).

Journées d’échange et de formation continue

Cinq journées d’échange obligatoires étaient prévues pour les échanges d’expériences et la formation continue. Tandis que trois de ces journées ont eu lieu en présentiel, deux se sont déroulées en ligne en raison du COVID-19. Deux journées régionales de formation continue ont pu être organisées en pré­sentiel, séparément selon la région linguistique.

Les journées d’échange ont porté sur les sujets suivants :

  • Travail collaboratif ;
  • Utilisation des TIC dans les établissements pénitentiaires ;
  • Projet iPad ;
  • Formations continues au CSCSP : « Professionelle Rollengestaltung » (gérer ses rôles de manière professionnelle), radicalisation, personnes LGBTIQ+ ;
  • « AUSBRUCH » : théâtre en milieu carcéral en Suisse ;
  • Alphabétisation ; 
  • Mathématiques ;
  • Intégration des enseignant·e·s dans les établissements ;
  • « Dialog statt Hass » (le dialogue au lieu de la haine).
Retraite Fep

Retraite Fep à Nottwil. Photo : CSCSP

Établissements Fep

Durant l’année sous revue, 37 établissements ont proposé une formation Fep, dont 14 en Suisse romande et 23 en Suisse alémanique.

Données générales sur les participant·e·s à la formation Fep

Total des participants recensé à la formation

Genre

Genre

Âge

  • Âge moyen = 35,7 ans
  • Âge minimum = 17 ans
  • Âge maximum = 79 ans

Régime de détention

Régime de détention

104 nationalité

Nationalité

Durée de la formation Fep en mois

  • Durée moyenne = 10,7 mois
  • Durée maximale = 60 mois
  • Durée minimale = de 1 à 3 semaines

Soutien aux projets et aux échanges

Le CSCSP soutient les échanges entre spécialistes et le développement de projets innovants par l’in­termédiaire de deux instruments d’encouragement. Il dispose à cet effet d’un budget annuel de 40 000 CHF pour chaque instrument. Lorsqu’un projet ou un échange entre spécialistes est approuvé par le CSCSP, les personnes l’ayant proposé reçoivent jusqu’à deux tranches de 8000 CHF. Il est possible de déposer des demandes de soutien chaque semestre, avec un délai de soumission au 31 mars et au 30 septembre.

En 2021, le centre de compétences a soutenu les projets suivants :

  • Fondation REPR (Relais Enfants Parents): élaboration d'une brochure pour les proches de délinquants sexuels.
  • Groupe d'intérêts travail externe IGAplus (Interessengemeinschaft Aussenorientierter Vollzug): audits pilotes pour la reconnaissance d'établissements privés par les concordats dans le domaine de l'exécution des sanctions.

Demandes approuvées pour des échanges entre spécialistes en 2021 :

  • Infoprisons : colloque de deux jours intitulé « Prison, justice et droits humains » à l’occasion de l’anniversaire des dix ans de l’association. 
  • Prosaj (Association suisse de probation et de travail social dans la justice): une conférence sur le thème « Double mandat des travailleurs sociaux dans la justice et la probation », et un séminaire sur le besoin de changement, intitulé « Veränderungsbedarf, nein danke ». 
  • Centre de compétences Médecine – Éthique – Droit de l’Université de Zurich : série de cours ma-gistraux publics sur les questions d’actualité du domaine de l’exécution des sanctions pénales. 


Soutien aux échanges et aux projets

Atelier d’échanges entre chercheurs

La huitième édition de l’atelier d’échanges entre chercheurs, un partage d’informations organisé chaque année entre des scientifiques menant en permanence des activités de recherche dans le domaine des privations de liberté, a eu lieu le 23 juillet 2021. Au total, onze chercheuses et chercheurs venant d’universités, de hautes écoles et du domaine de l’exécution des sanctions pénales ont présenté des projets de recherche et de collaboration, terminés ou en cours, et en ont discuté avec six collaboratrices et collaborateurs scientifiques du CSCSP.
L’atelier a été ouvert par Patrick Cotti, directeur du CSCSP, qui a souhaité la bienvenue aux participant·e·s en tant qu’hôte et souligné l’importance de la recherche actuelle pour le centre de compétences, notamment pour le développement de la qualité de l’activité professionnelle. Barbara Rohner, responsable du domaine de prestations Pratique, a présenté les travaux des nouveaux domaines, tandis que Laura von Mandach, responsable du domaine Connaissances spécialisées et analyse, a guidé l’ensemble de cette manifestation. 
La thématique de la désistance, en particulier, correspondant à une réinsertion des personnes condamnées qui est axée sur leurs ressources, a suscité un vif intérêt. Des questions concernant la santé des personnes détenues, et notamment le risque suicidaire en contexte de pandémie, mais également des interrogations d’ordre conceptuel sur les soins psychiatriques en privation de liberté, ont également été au centre des discussions, lesquelles ont été animées tout au long de la journée

Ateliers d'échange entre chercheurs
 

Phase pilote du monitorage de la privation de liberté

La réalisation de l’application du monitorage de la privation de liberté (MPL) s’est terminée avec succès avant fin 2020 ; au cours de l’année 2021, le CSCSP a donc pu piloter la nouvelle plateforme en collaboration avec la pratique. Des étapes importantes ont été franchies : l’adoption du concept ré¬gissant les droits d’accès et l’utilisation par la Conférence des chefs des services pénitentiaires canto¬naux (CCSPC), la nette optimisation de la fonctionnalité de la plateforme et l’implication des four¬nisseurs de données.
Le MPL permet de recenser les capacités et l’occupation des établissements pénitentiaires cantonaux de manière régulière et homogène à l’échelle nationale, mais également de compter le nombre de placements en institution non pénitentiaire

Nouveau site web de l’efsp

Le CSCSP gère le secrétariat « Examens » sur mandat de l’association « Organe responsable des exa­mens fédéraux pour le personnel de l’exécution des sanctions pénales » [efsp]. L’Organe responsable [efsp] est chargé de mener l’examen professionnel fédéral et l’examen professionnel fédéral supérieur et dispose depuis peu d’un nouveau site Internet qui lui est propre.

Site web efsp

logo efsp

Le CSCSP est partenaire de la formation « CAS d’intervenant∙e spécialisé∙e dans le domaine de la justice pénale » de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale HES-SO

Le personnel des services d’exécution des peines, des établissements pénitentiaires et de la probation est confronté à des exigences multiples en matière de sécurité et d’accompagnement. En 2021, le CSCSP a développé un partenariat avec la haute école spécialisée de Suisse occidentale HES-SO. Cette formation postgrade vise à développer des compétences d’évaluation des situations, de planification de l’intervention et de case management, ainsi que de collaboration interprofessionnelle.